Fin de séjour…

Ça y est, c’est la fin pour nous, cette semaine sera vraiment passée à 100 à l’heure ! Même pas le temps d’écrire un petit article, on a essayé de faire un max de chose en un minimum de temps… Ouf, on en peu plus, et demain c’est le départ.

En vrac, nous avons de nouveau marché, vers le petit Bénare et sa vue imprenable sur le cirque de Cilaos. Le piton de la fournaise, avec des paysages lunaires où l’on se sent tellement petit. Le Maïdo, qui nous a permis de voir de haut le cirque de Mafate et tous les sentiers que nous avons arpenter.

Nous avons aussi fait une rando aquatique sur la rivière des roches jusqu’au bassin la paix (rando aqua = canyoning – les cordes). Ici, que des sauts (Lucie à sauté de 6m, je suis allé jusqu’à 11m) dans de l’eau fraîche. Cela permet de découvrir les paysages autrement, c’était magnifique !

Nous avons aussi plongé pour utiliser un peu notre niveau 1, dans le spot de la cheminée, au retour sur le bateau, nous avons vu quelques tortues sous marines et de loin, des baleines !!! (J’ai peut être oublié de vous dire mais on à vue des dauphins à Maurice)

Nous avons fait le tour de l’ile en voiture, vu les impressionnantes coulées de lave dans la partie sud est, nous avons vu des bassins grâce à Fabienne qui nous à bien guidé, et nous nous sommes baigné dedans (l’eau devait être à 18°), c’est interdit car c’est la réserve d’eau potable de Saint Gilles mais bon, nous n’étions pas les seuls. Nous avons vu la rivière Langevin et sa cascade appelée Grands Galets.

Nous sommes allé à la plage d’Ermitage (où il n’y a pas de requin car barrière de corail), là bas, les poissons sont directement visibles. Sur 100m, le fond est d’environ 1m, avec des coraux par-ci par-là et des poissons autour. Nous avons mangé au bord de l’eau dans le restaurant “La Bobine”, So Romantic ! Et surtout très bon.

Il ne nous reste qu’à envoyer les dernières cartes postales (oui je sais on est un peu à la bourre), les dernières emplettes (oui bon ça va !) dire au revoir à Fabienne et Julien et les remercier et surtout, prendre notre avion !

Bon sur ce, je vous laisse, nous avons préparé nous même un gratin de chouchou, à voir ce que cela donne…

PS : pour les photos, attendez ce soir quand nous serons à l’aéroport.

Chez Maurice !

Nous voilà donc arrivés à Maurice connu surtout pour ses plages de sable blanc. C’est aussi l’hiver ici, il fait dans les 27° la journée, l’eau est à peu prêt à la même température mais elle parait plus froide…

Bref, notre objectif ici est de passer notre “Open Water” PADI (en gros, le niveau 1 de plongée), 5 plongées et un peu de théorie pour enfin pouvoir plonger tous les deux à l’avenir.

Le club de plongée est très sympa, familial, ils nous ont bien aidé (pour le logement, le transfert depuis l’aéroport, etc), et sans contrepartie, on a même eu des réduc à l’hotel grâce à eux ! Bref, nous passons notre niveau avec Wojtek, un polonais (qui parle très bien français mais avec un accent russe à couper au couteau). C’est une sorte de gros papa morse (en référence à gros papa ours) tout rouge avec une moustache, il est très gentil, pédagogue et attachant (il a plus de 25000 plongées en plus !!!). Donc oui Greg, on peut plonger avec la moustache 😉

Nos journées sont donc rythmées par une plongée le matin et visite / plage l’après midi. Je précise tout de même qu’après chaque plongée, on a droit à un petit remontant (rhum arrangée vanille café). Nous avons rencontré quelques plongeurs munis de GoPro, du coup on a pu récupérer quelques images de nos plongées, pour le reste des photos de Maurice, allez sur cette page.

Nous avons visité la ville de Port Louis avec ses marchés étalés sur une grande rue et son port, résultat d’investisseurs (très beau mais très vide…). Nous sommes allés au jardin botanique de Pamplemousse (pas le fruit) où nous avons vu beaucoup d’espèces d’arbres et de plantes. Entre baobab, camphriers, palmiers, j’en passe, nous avons admiré les tortues terrestres (en leur caressant le coup, elle se lèvent). Il y à aussi des arbres plantés par des personnalités, comme Mitterand, Mogabe, etc… Notre dernière visite nous a emmené à Cap Malheureux pour voir une église à toit rouge ainsi que les îles du nord. Au retour, nous nous sommes arrêtés à Grand Bay pour manger des Camarons (écrevisses de mer). Nous sommes revenus par les plages de sable blanc pour admirer le coucher du soleil. Ici, pas de vagues, l’eau est calme… Côté nourriture, cela se rapproche beaucoup de la Réunion, les petites gargotes préparent des mines frites (nouilles frites), des samosas, des nems, des burgers, etc. Très bon, avec un jus de fruit frais.

Nous quittons finalement Maurice avec notre niveau 1 en poche, un peu plus de soleil sur la peau et un nouveau pote, Wojtek ! (Greg, sérieux, va le voir ça va être ton pote aussi !)

A plus.

The Iron Hole !

Donc, le “trou de fer” est une sorte de très gros puits naturel de plusieurs centaines de mètres de profondeur. Beaucoup de cascades se jettent dans ce trou. Bon pour y arriver, en partant de notre petit village de Hell-Bourg, nous devons monter, le chemin fait 3,5km pour 550m de dénivelé, tout en lacets avec une belle vue sur le cirque de Salazie et ses champs de chouchous.

Petit parenthèse, les chouchous sont des légumes (?) qui poussent sur des plantes rampantes, dans les champs, les plants poussent à 2m du sol sur des structures en fer pour pouvoir les récoltés plus facilement. Le cirque de Salazie produit environ 80% des chouchous de la Réunion. Le choucou est un peu comme entre la patate et la courgette, il se mange beaucoup en gratin un peu épicé (curry).

Bref, après être monté à la forêt de Bellouve (nos 3,5km à 550 de dénivelé), nous avons encore un petit bout de chemin, plus plat cette fois si pour atteindre le trou de fer. Le sentier est bon au début, puis ça se gâte… La zone étant souvent dans les nuages, le chemin est très boueux, ça glisse beaucoup. Lorsque nous arrivons devant la bifurcation pour le trou de fer, le chemin est fermé par arrêté préfectoral (depuis fin de l’année 2013), nous étions au courant, et c’est pas grave parce que ça passe ! Tout le monde passe d’ailleurs, les Réunionnais appellent ce genre de chemin, les sentier marrons. Ce n’est pas le seul endroit dont l’accès est refusé ici du coup, les gens sont habitués à violer la loi !

Arrivé au belvédère, nous avons une vue assez moyenne du trou de fer, vu d’ici, ce n’est pas très impressionnant. Parait-il que c’est beaucoup mieux en hélico… Mais aussi plus cher ! Nous rentrons donc avec nos 2 / 3 photos. La descente fait mal aux cuisses et aux genoux mais nous arrivons à l’hotel sains et sauf en sachant que la rando, normalement c’est fini pour la semaine (en plus après c’est Maurice !).

Le repas du soir est très copieux et aussi bien arrosé par le patron ! 3 différents types de rhums arrangés, servit avec des beignets de chouchous (ça ressemble aux beignets d’aubergine pour le coup), un rougail de lapin et du boucané de porc (tranches de lard fumé). Avec ça, du vin à table (un Bordeaux…) et pour finir, du gâteau à la banane. Nous sommes prêts à affronter une bonne nuit de sommeil.

Le lendemain, dernier jour à la Réunion avant l’ile Maurice, nous allons visiter la Maison Rouloff et l’usine de cannes à sucre de Bois-Rouge.
La Maison Rouloff et une plantation de vanille familiale, ou nous apprenons comment pousse la vanille (plante grasse qui s’accroche aux arbres) et comment féconder les fleurs. Car le seul insecte permettant aux fleur de donner des gousses n’est pas présent à la Réunion (la vanille a été importée de Guyane comme la canne à sucre). C’est donc manuellement que la fleur de vanille est fécondée.
L’usine de Bois-Rouge est l’une des 2 dernières usine de canne à sucre de la Réunion, ici, la canne est utilisée entièrement. Nous visitons en premier la partie sucrière et nous voyons comment arrivent les cannes (en camion appelé “cachalots”) puis l’extraction du sucre. Ensuite, il y a l’usine fabricant le rhum avec ses vapeurs alcoolisées, le vieillissement en fût de chêne, etc. Et enfin, la partie que l’on ne visite pas la centrale thermique où sont utilisés les restes de cannes pour fournir de l’électricité à une bonne partie de l’ile.

Le soir, Fabienne nous accueille dans sa case pour une nuit avant de décoller pour Maurice.

EDIT : Il y a des nouvelles photos, Internet a été clément avec nous aujourd’hui ! Mafate Suite et Hell-Bourg et autres

Retour vers le passé 3.

Voilà voilà, le tant attendu îlet de Marla, il faut savoir qu’il existe sur cet îlet un élevage de cerf, certainement le plus cher de France ! Les bêtes sont élevées dans le cirque de Mafate, mais ne sont pas vendues à ses habitants (enfin si mais à des prix exorbitants), les bêtes sont transportées 8 par 8 par hélicoptère pour être abattues près de Saint Denis…

Bon à part ça, Marla est plutôt sympathique est très clairsemé. Nous arrivons vers une snack, je prends une Dodo et Lucie un jus de fruits, et la fringale nous guette (c’est déjà 15h aussi). Lucie prend un Américain jambon et fromage gratiné, je prends un sandwich bouchon piment. Donc le bouchon, c’est du cochon (un lardon) entouré de riz (de la pâte de riz), le tout dans une baguette avec de la sauce piment (pas trop) et du fromage gratiné, autant vous dire que nous nous sommes régalés.

Après ce bon repas, nous cherchons la miellerie qui est à un bout du village. Le gîte est récent (ou du moins il est très bien tenu), 2 dortoirs de 4 personnes, Un coin douche et toilette, un petit étang naturel, c’est assez idyllique… Ici, nous voyons toutes sortes de plantes et fleurs, il y a aussi des chats et chiens (domestiques) et bien sûr, des ruches pour les abeilles. Planteur en apéro, salade de choux râpé en entrée et le fameux rougail saucisse en plat principal ! En dessert, tenez-vous bien, une crème brûlée à la vanille maison ! Le pain servit avec le repas et fait par le patron lui-même dans sont magnifique four à bois. On finit ensuite, un petit rhum arrangé, nous discutons pas mal avec le patron, c’est un ancien de l’ONF de la Réunion, il est très nature et nous parle de son prochain projet de pisciculture et hydroponie, c’est très intéressant. La nuit est agitée car nous avons des voisins (dortoir de 4 oblige) dont un ronfle comme un tracteur !
Le lendemain petit dèj’, je précise qu’entre temps, nous avons été obligés de modifier notre trajet car le col du Taïbit a subit un glissement d’une parcelle de 15 mètres… Bref, nous ne sortirons pas par le cirque de Cilaos, mais par le cirque de Salazie. Nous décidons donc d’aller sur le village créole d’Hell-Bourg, soit 7h30 de marche.

Le temps n’est pas idéal quand nous partons de Marla, il bruine, c’est pas plus mal vu la montée qui nous attend pour le col des Fourches, ensuite, c’est que de la descente (sauf à la fin bien sûr). Nous terminons sur les rotules en arrivant “chez Alice”, rue des sangliers à Hell-Bourg. Nous mangeons assez rapidement car nous sommes exténués. Nous préparons tout de même notre rando du lendemain, “le trou de fer”.

A demain.

Retour vers le passé 2.

Hello,

bon, pour les photos… Ben c’est compliqué, le wifi n’est pas très vaillant ici à Maurice.

Bref, je reprends où j’en étais, le chemin de la canalisation des orangers nous à permis de
rentrer en douceur dans le cirque. Ce que nous ne savions pas à ce moment là, c’était qu’il
s’agissait du seul chemin plat de Mafate… C’est après 3h de marche environ que nous sommes
arrivés au premier îlet, “l’îlet des Orangers”. Nous n’avons croisé personne (certainement
l’heure de la sieste ?) à part une tortue et quelques poules, coqs et autres volatiles…

Nous continuons notre route, le chemin descend, à l’ombre de mimosas, ça sent bon, ils sont
tous en fleurs. La descente se termine au bout de 5 minutes, le temps de trouver une petite
source pour remplir les gourdes et nous attaquons la montée. Et elle va durer, et nous
allons souffrir… 2h30 de montées et descentes plus loin, avec un passage par “la brèche”,
nous descendons sur “l’îlet de Roche-Plate”. Notre gîte est dans le haut du village, nous
sommes seuls. Nous posons les affaires, et allons faire un tour dans l’îlet. Nous trouvons
un “bar / Boutik”, le temps de prendre une bière et des cacahuètes en discutant avec le
patron et il est déjà 18h, le soleil se couche et nous devons rentrer au gîte pour manger.
Au menu, petite salade de choux râpé en entrée et rougail de cerf (le cerf vient de Mafate)
en plat principal. Nous nous régalons (mais on arrive pas à finir) en dessert, gâteau maison
(à quoi ?) et pour finir, le petit Rhum arrangé obligatoire !

Le lendemain, petit déj’ et départ pour l’îlet de “La Nouvelle” par “Trois roches”. Là
encore, ça monte et ça descend tout le long, on commence à s’habituer… Le sac à l’air de
peser de plus en plus lourd sur les épaules mais bon, la vue est magnifique ! Nous longeons
le bord du cirque ce qui nous donne l’impression d’être tout petit, comme en face d’un mur
gigantesque et infranchissable.

Trois roches est un cours d’eau, servant la plupart du temps de bivouac aux randonneurs, le
temps de faire un petit arrêt casse-croûte au milieux de 2 vaches et 4 chats (oui, au milieu
de nulle-part, ça fait bizarre) et nous repartons pour une très longue montée.

Nous arrivons à “La Nouvelle” qui est plus un village qu’un regroupement de maisons, bref,
nous nous arrêtons au bar, pour prendre une bonne Dodo et un jus de fruit pour bien
récupérer de nos longues heures de marche. A partir de là, rien de bien passionnant, le gîte
où nous passons la nuit fait un peu usine à touriste, rien de bien authentique.

Le lendemain, nous prenons la route de Marla pour la gîte coup de cœur, “La miellerie de
Marla”, suite au prochain article…

PS : Je vais faire de mon mieux pour les photos, mais pour le moment, il va falloir imaginer
un peu 😉